Beaujolais Nouveau sur votre table à partir du 3eme jeudi de novembre

Domaine du Guelet

Beaujolais Nouveau Rouge et Rosé
Composition
Cépage: Gamay noir à jus blanc
Taille: en gobelet et charmet
Age moyen des vignes: 50 ans
Sol argilo calcaire
Rendement: 40 Hl/ha

Millésime
Cette année, en raison de la météo particulièrement favorable à la vigne, le gamay se récolte tôt. Les grains sont concentrés, gorgés de sucre et de tanins. Des vins qui vont faire plaisir dès le mois de novembre mais en plus, ce seront des vins qui feront plaisir longtemps.

Vinification et vieillissement
Vinification de type traditionnel, semi-macération carbonique, vendange entière.
Dégustation
Un vin souple, rond, avec une jolie longueur en bouche et parfaitement équilibrés. Une pointe de fraîcheur relève une belle complexité aromatique. Les tanins sont soyeux, d’une grande finesse et parfaitement intégrés ce qui apporte de la structure et de la longueur en bouche  et beaucoup d’élégance.
A table
Le beaujolais nouveaux  est un vin de plaisir, appétissant et simple.
Température de service entre 12-15 °C. Il est le vin de la fête, le vin « des copains ». Joyeux il s’invite partout. C’est un vin bavard ….un vin de plaisir et de convivialité. Croquons-le comme une belle gorgée de soleil à l’orée de l’hiver.

 

Brève histoire du Beaujolais nouveau

Habitués que nous sommes à boire des vins de garde, nous considérons le beaujolais nouveau comme un phénomène de mode. Or il n’en est rien, la consommation de vin nouveau est une habitude qui date de l’époque où l’homme s’est mis à faire du vin jusqu’au moment où il maîtrisât correctement la vinification.

Si bien que lorsqu’en 1951, un arrêté autorise les régions productrices de vins à consommation précoce à commercialiser immédiatement leurs vins sur le marché, le phénomène du beaujolais nouveau naît en s’étendant hors du Beaujolais et du Lyonnais.

Les dates ne seront fixées qu’avec les lois de 1967 et de 1985 : le 15 novembre à 0h00, puis le troisième jeudi de novembre, qui officialise la vente de vins nouveaux.

Lyon est le berceau historique du beaujolais nouveau qui était servi de mémoire d’homme dans les bouchons, dans les fameux pots à fond très épais, de 46 cl. Ne disait-on pas que Lyon était arrosé par trois fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. Les bistrots tiennent un rôle prépondérant dans la promotion du beaujolais nouveau, en particulier avec l’élection de la Coupe du Meilleur Pot décernée depuis 1954 par l’Académie Rabelais qui fait entrer le beaujolais nouveau dans les bistrots parisiens où existe un véritable réseau de bistrots beaujolais dans tous les quartiers.

Pourquoi le Beaujolais ? A cause du gamay ! Le beaujolais est issu d’un cépage exclusif : le gamay noir à jus blanc qui donne des vins peu tanniques, riches en arômes de fruits qui s’expriment vite, des vins qui se boivent jeune. C’est le cépage idéal pour une vinification de vins nouveaux à condition de bien conduire sa culture. Les pieds sont plantés serrés (6500 à 10 000 pieds/hectares), la taille est courte : 3 à 5 cornes sur chaque cep et 10 yeux maximum et des vendanges en vert limitent le rendement car le gamay est un cépage fertile. Il est vinifié par grappes entières, subit ensuite une macération de 4 à 5 jours, puis est soutiré.

C’est un vin qui se boit frais : 14°C, à tous moments : à l’apéritif, en entrée sur des charcuteries ou des tartares de poissons. Mais c’est surtout chacun selon son goût et ses préférences. C’est le vin de la fête, dans les caveaux et les villages, dans les bouchons et les bistrots et chez soi entre amis !

L’appellation beaujolais englobe 72 villages de la partie sud et sud-est du vignoble sur des sols argilo-calcaires et granitiques, elle représente les 2/3 des volumes du beaujolais nouveau, les beaujolais villages, eux, sont situés sur 38 communes, sur des sols granitiques avec des coteaux, 1/3 de la production est vendue en beaujolais-villages nouveau.

Rendez-vous le troisième jeudi de novembre pour cette traditionnelle célébration du beaujolais nouveau